Les 5 raisons principales de développer son savoir-être

Prêter une attention particulière au développement de son savoir-être : pour quoi faire ?

Dans cet article je vous propose de découvrir 5 raisons principales pour lesquelles vous devez développer votre savoir-être ou vos “soft skills“.

soft-skills

Les limites du savoir-faire ou “hard skills”

Lorsque la plupart des gens souhaitent développer leur carrière, leurs affaires ou de manière générale évoluer dans leur vie, ils se forment à de nouvelles compétences. Ils se forment pour acquérir le plus souvent des compétences techniques c’est-à-dire des compétences qui entrent dans la catégorie « savoir-faire » ou hard skills. Ces compétences sont en effet fondamentales car elles constituent l’essence d’un métier. Pour se former au métier de boulanger il est nécessaire de passer par une formation dans laquelle on va apprendre à faire du pain ! Pour devenir développeur web on se formera à une technologie en vogue sur le développement informatique…
Bref c’est un fait les compétences techniques, « hard skills » ou compétences dites du savoir-faire sont fondamentales je ne le répèterai jamais assez.

L’importance de développer son savoir-être

Il existe un autre type de compétences complémentaires aux hard skills qui vont davantage concerner la personne dans son rapport aux autres plus que son métier en tant que tel. Je m’explique : si nous reprenons notre exemple du boulanger, on peut trouver (et vous en connaissez peut-être) un excellent boulanger qui fait du très bon pain mais qui va être impoli voire exécrable avec sa clientèle. Un boulanger qui va ouvrir sa boulangerie avec 15 minutes de retard sur l’horaire affiché sans tenir compte des impacts sur ses clients, qui peut faire des remarques parfois désobligeantes à certains de ses clients… Un tel boulanger pourrait-il encore être qualifié « d’excellent » ? J’en doute !

J’ai pu constater dans certains articles que les compétences liées au savoir-être étaient très demandées. Tellement plébiscitées qu’elles seraient plus importantes que les compétences techniques ou hard skills. Je ne suis pas personnellement de cet avis là car si l’une peut exister sans l’autre mais pas l’inverse : on peut avoir la qualification pour être boulanger sans pour autant avoir un bon savoir-être, en revanche même avec le meilleur savoir-être possible cela ne fera jamais de nous un boulanger…

5 Raisons de développer son savoir-être

J’ai réuni ci-dessous 5 raisons principales pour lesquelles il est intéressant et opportun de développer son savoir-être.

1. Les softs skills n’ont  pas de date de péremption

Contrairement aux hard skills elles sont en effet pérennes dans le temps et ne risquent pas de devenir obsolètes comme c’est le cas d’une technologie par exemple. Comme dans le cas de notre développeur qui se formerait à un langage de développement, celui-ci risque de devenir caduque dans quelques années voire quelques mois à la vitesse à laquelle le monde évolue. Il faudra sans cesse se renouveler et continuer à se former en permanence pour être toujours compétitif sur le marché.
D’ailleurs selon une étude* réalisée par Dell et l’Institut pour le futur, 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. Cela signifie que à moins que vous soyez boulanger ou boucher, il y a de fortes chances pour que le métier que vous exercerez dans 10 ans soit n’existe pas encore ou bien il aura subi une forte transformation.

2. Elles sont utiles dans le monde professionnel comme personnel

Quand nous parlons de savoir-être nous parlons de la personne, de son être et lorsque vous améliorez l’être de quelqu’un, les effets de cette amélioration ne s’arrêtent pas à la porte du lieu de travail mais accompagnent la personne en dehors de son milieu professionnel pour le suivre dans sa sphère privée avec son conjoint, ses enfants, sa famille, ses amis. Ainsi les impacts sont doubles : professionnel ET personnel. Contrairement à notre boulanger qui excelle dans l’art de préparer des petits pains aux céréales, cette compétence ne lui sera d’aucune utilité quand il s’agira de communiquer avec son épouse ou gérer un conflit avec ses voisins ou autre.

“Savoir-être VS Savoir paraître”
J’ouvre toutefois une parenthèse sur le « savoir paraître » en effet lors des formations au savoir-être professionnel que je dispense, on m’interpelle souvent sur cette dimension liée au paraître. Ce que j’enseigne et ce que j’encourage n’est pas de développer son paraître en milieu professionnel car effectivement dans ce cas bien précis cette compétences (si tant est qu’on peut la qualifier comme telle) rejoindra le champ des hard skills car celle-ci ne sera utile qu’en monde professionnel et sera d’aucune utilité en milieu personnel. Pour illustrer cela prenons quelques exemples : dans ma formation je parle de 5 grands domaines à développer pour augmenter son savoir-être, parmi eux figurent la confiance en soi, la communication, l’intelligence relationnelle.

En matière de confiance en soi

Savoir paraître serait accorder une attention particulière à soigner son look et par exemple venir au travail régulièrement avec des vêtements neufs qui donneraient un semblant de confiance. Ce serait posséder une belle montre assez visible pour que les autres la remarquent. Garer sa belle voiture en visibilité dans le parking de sorte d’être remarqué et ainsi être « respecté ». Ces gens achètent de la confiance en soi à défaut de chercher à réellement la développer chez elles, ces personnes contrairement à ce qu’il n’y paraît souffre d’un grand manque de confiance en elle.

Pour la communication

Savoir paraître consisterait à user de techniques de communication sur étagère. Sans chercher à entrer en réelle communication avec son interlocuteur. Mais plutôt « faire de la comm’ » hypocrite comme beaucoup font malheureusement.

Concernant l’intelligence relationnelle

Concernant l’intelligence relationnelle savoir paraître consisterait à se montrer avec les bonnes personnes. Faire semblant d’être overbooké etc.

Quand vous développez sincèrement votre confiance en vous ou soignez votre communication alors ce travail n’est pas vain. Vous serez récompensé dans toutes les sphères de votre vie. Car vous continuez intérieurement à être qui vous êtes que cela soit au travail ou à la maison.

3. Elles permettent de vous démarquer par rapport à la concurrence qui ne développerait pas son savoir-être

Au risque de vous choquer, les softs skills sont la raison principale de votre embauche.

Vous n’êtes pas retenu pour vos compétences techniques mais pour vos compétences humaines

Pour vous en convaincre je vous poserai deux questions :

  1. sur quelle base êtes-vous contacté par un recruteur
  2. sur quels critères va-t-il juger pour vous accordez ou non le poste ?

    Dis autrement : à partir de quels éléments va t-il prendre la décision de vous appeler ? de vous recevoir et éventuellement vous proposer le job ?

Un recruteur entre en contact avec vous parce qu’il a reçu votre CV.
C’est-à-dire un papier sur lequel vous mentionnez vos compétences techniques.

Puis vous contacte la plupart du temps par téléphone et vous soumet à un entretien téléphonique. En entretien on vous pose des questions sur votre parcours et sur le poste. Ensuite, vous répondez et on vous juge sur votre capacité parler de vous, à vous présenter de manière cohérente. On vous évalue sur votre manière de communiquer. Une fois cette étape franchie on vous reçoit pour un entretien physique.
Sur quels critères est ce qu’on vous évalue ? Sur des critères techniques ?

  • vous demande t-on de faire du pain (pour un boulanger) ?
  • de coder en live une ligne de code dans le langage qu’on prétend maîtriser (pour un développeur) ?
  • vous demande t-on d’animer une réunion en direct en réel pour un facilitateur en gestion de projets ?


Cela peut arriver mais c’est très très rare qu’on vous mette en situation réelle afin de vous évaluer. Dans 99% des cas, on vous juge sur votre capacité à vous exprimer, à argumenter, à vous défendre. Vous êtes évalué sur votre capacité à gérer vos émotions. On vous juge sur votre communication. Sur votre posture, l’énergie que vous dégagez….

On vous juge sur votre SAVOIR ÊTRE !

4. Elles réduisent le stress et les tensions en apportant du sens et de la sérénité

Selon un sondage IPSOS réalisé pour les Echos, 90% des salariés sont en quête de sens dans leur travail. Les gens stressés au travail ou dans leur vie personnelle pourront trouver des clés dans le développement des compétences humaines. Une délivrance en comparaison aux personnes se ruant sur des compétences techniques pour combler leurs lacunes de l’être par de l’avoir. Lorsque l’on touche à l’être on est changé de l’intérieur et non plus en façade. On peut ainsi mieux affronter les tensions du quotidien. Mettre du sens nous aide à transcender ce que les gens appellent problèmes pour en faire des “petits tracas” de la vie. Cela fait partie des fruits que récolte celui ou celle qui prends la voie du développement personnel.

5. Les compétences du savoir-être sont transverses

Quel que soit le métier que vous exercez ou le secteur dans lequel vous êtes, le savoir-être vous accompagnera. En effet, comme nous l’avons suffisamment développé, du boulanger, au développeur en passant par le chef de projet… tout le monde est concerné par le savoir-être. Sauf si vous travaillez seul dans votre grotte sans interaction aucune avec un être humain. Si vous changez de métier ou évoluez vers d’autres fonctions, votre savoir-être vous accompagnera dans votre nouvelle activité.

A retenir:

  1. le savoir être n’a pas de date de péremption
  2. il est utile dans le monde professionnel et également personnel
  3. nous sommes évalués et jugés sur notre savoir-être
  4. le développement des compétences humaines contribue au bien-être
  5. les soft skills sont transverses

Une question reste en suspens :

Alors selon vous pourquoi les gens ne sont pas motivés à travailler leur savoir-être ?

Vous êtes libres de partager !

Ahmed

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.