Journal de bord des réussites au service de la confiance en soi

Last modified date

Comments: 0

confiance en soi

Récit de mon anecdote sur la confiance en soi

Comment augmenter son estime de soi et avoir davantage confiance en soi ? C’est la question que beaucoup se posent et certains apportent des réponses. Il y a en effet pléthores d’articles sur le sujet et les livres sur le thème de la confiance en soi ne se dénombrent plus ! J’en ai lu quelques-uns. Parmi les livres que j’ai lu sur cette thématique, je pourrai citer « pouvoir illimité » d’Anthony Robbins, « L’estime de soi » de Christophe André, « Confiance illimitée » de Franck Nicolas et dans un autre registre « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent » de Stephen R. Covey.
Il y a également des formations sur plusieurs jours sur le thème de la confiance en soi, la prise de parole en public, sur l’assertivité etc

Les ouvrages sur cette thématique peuvent être très utiles, ils regorgent de concepts forts intéressants et qui peuvent faire la différence pour de nombreuses personnes dont je fais partie.
Concernant les formations, la plupart du temps celles-ci se déroulent dans des salles de formations avec un formateur qui déroule une présentation power point avec des participants qui sont tous dans le même cas que vous donc ça rassure, je ne suis pas le seul. Mais, une fois la journée de formation passée, que reste-t-il ? Nous pouvons nous poser la même question concernant la lecture du livre : une fois le livre lu, que reste-il ? Pour beaucoup de personnes malheureusement la réponse est la suivante : RIEN !

Il ne reste rien car les notions lues, les concepts abordés ne sont pas suivis d’actions dans le réel. J’insiste dans le réel car si nous agissons uniquement par la pensée alors on se fait plaisir intellectuellement et si nous agissons uniquement lors d’exercices réalisés sous le regard bienveillant du formateur alors on n’avance pas ou très peu.

Le réel comme terrain de jeu pour augmenter sa confiance en soi

Rien de tel pour progresser que de se confronter à la réalité, c’est ma conviction. Aussi laissez moi vous raconter une anecdote personnelle sur le thème de la confiance en soi.

J’étais alors salarié d’une société et au cours de ma première année de poste j’avais réalisé énormément de choses en plus de mon travail. J’avais en effet, produit de multiples réponses à appels d’offres, j’avais formé des nouveaux arrivants, aidé des managers dans leurs analyses de cahier des charges, conseillé des collègues, proposé à ma hiérarchie mes services pour former les collaborateurs au savoir-être…Tout cela était bien évidemment en plus de mon travail habituel.
Bref toutes ces choses que j’avais pu faire je les avais également précieusement notées, consignées dans un fichier dans mon ordinateur. Lors de mon entretien annuel nous sommes arrivés avec mon manager de l’époque à la partie salaire et prime. J’ai demandé sans sourciller 5K d’augmentation effectif dès le mois suivant compte tenu de tout ce que j’avais réalisé et que je pouvais donc continuer à produire. Mon manager a accueilli cette nouvelle avec prudence en m’indiquant qu’il devait consulter son supérieur pour cela… Après quelques semaines il m’annonce qu’il a pu négocier 4K en salaire et 1K en prime !

J’étais satisfait !

satisfait

Noter ses réussites comme acte de résistance

Je ne sais pas si vous en faites partie mais beaucoup de personnes ont généralement cette fâcheuse tendance à ne retenir d’une expérience uniquement les événements négatifs. Vous avez peut-être dans votre entourage une Clarisse qui part en vacances à la mer en hôtel all inclusive qui revient toute bronzée mais qui lorsqu’elle va vous raconter son séjour : « la clim faisait un bruit pas possible ! »  Ou bien « l’avion a fait 3 heures de retard à l’aller, on est arrivés épuisés ! » Vous avez envie de lui dire pour la recadrer : « ah oui ? je te comprends ma pauvre, c’était vraiment horrible de partir en vacances !» Les gens aiment bien se plaindre, est-ce pour attirer de la compassion à leur égard, ont-ils peur d’être rejetés en parlant des choses positives qui leur arrive, d’être jalousés ?

Je ne sais pas.

Comme disait David Laroche en substance « la France c’est le seul pays au monde où tu es bien vu quand tu racontes tes malheurs et mal vu quand tu racontes des choses positives sur toi ».

Malheureusement force est de constater que cette assertion s’avère être souvent juste.

Nous en parlerons dans des articles en lien avec l’intelligence relationnelle mais rappelons-nous comme disait Jim Rohn que nous sommes la moyenne des 5 ou 6 personnes que nous fréquentons. Donc si la tendance générale est à la plainte et au négativisme, alors nous n’échapperons pas à la règle et risquons d’être contaminés par ce virus du négativisme et un des moyens pour lutter et résister est d’écrire ses réussites. En écrivant ses réussites nous extériorisons nos points positifs et c’est comme si nous donnions naissance à une autre personne qui va nous rappeler ce que nous avons réalisé et dont nous sommes fiers. Ainsi nous créons d’une certaine manière notre environnement, nous choisissons de fréquenter une nouvelle « personne » (il s’agit ici d’une personne morale (notre carnet de notes) à qui l’on pourra se confier et raconter nos forces. En le relisant à intervalles réguliers, c’est lui qui va nous rappeler nos réussites et ainsi valoriser nos points positifs, il jouera le rôle d’un ami bienveillant qui nous parlera uniquement de nos qualités et nous rappellera les belles choses que nous avons accomplies révélant ainsi le chemin parcouru.

En notant et relisant mes réussites, je prenais davantage conscience des mes réalisations et ne risquait pas de les oublier. Par ailleurs je « factualisais » en quelque sorte ce que j’avais accompli et cela personne ne pouvait me le contester : c’était des faits que j’écrivais et non des opinions sur moi.

Ainsi en notant mes réalisations cela a eu pour conséquence d’augmenter mon estime de moi, et en les relisant cela augmentait ma confiance en moi. Et donc je n’avais aucune raison de rougir en demandant une augmentation car je n’avais pas oublié ce que j’avais fais et par ailleurs j’avais amené avec moi mon témoin, mon ami intime qui témoignait de mes actions.

Je vous encourage donc à essayer cette action simple à mettre en place et à me partager en commentaire ce que vous a appris cette expérience.

Au plaisir de vous lire.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ahmed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.