Mon histoire avec les compétences humaines

Last modified date

Comments: 0

Défi

Mon histoire avec ma découverte de l’importance des compétences humaines

Je m’appelle Ahmed EL ABED, j’ai 38 ans je suis marié et père de 3 enfants.

Lorsque j’étais étudiant je ne savais pas trop quoi faire comme métier, le monde du travail me paraissait flou. J’avais toujours donné des cours particuliers de maths, physique, chimie durant ma scolarité depuis le collège et je me souviens même avoir dit « s’il y avait un métier dans lequel on était payé à résoudre des équations différentielles, je prends ! »
Oui en effet j’ai un parcours scientifique, plus précisément en Sciences-Physique où je suis allé jusqu’en maîtrise. A cette époque je suis passé par l’éducation nationale où j’ai été professeur de physique chimie au lycée en remplacement d’un congé maternité. A l’époque j’avais fait un stage au Laboratoire de Physique des Gaz et des Plasmas à Orsay et pour la première fois j’avais trouvé une application concrète des notions théoriques abordées en cours ! Mon stage portait sur la dépollution des gaz d’échappement automobiles par effet plasma. Un plasma est un gaz ionisé, l’idée était de ioniser le gaz pollué pour créer des radicaux qui vont casser les molécules polluantes pour en faire du CO2 et H2O… j’ai donc travaillé là-dessus et j’avais même décidé d’en faire mon métier. A l’issue de cela je décide de poursuivre dans cette voie et m’inscris par conséquent en Master 2 « Environnement » avec une spécialité « Atmosphère et Qualité de l’air ». Entre temps pour financer mes études je travaille comme bagagiste à l’aéroport d’Orly après les cours et le week-end. Je poursuis mes études et une fois mon diplôme Bac+5 dans la poche je postule avec un état d’esprit particulier : celui de mériter un emploi. Je me rends donc aux entretiens sans préparation particulière et j’attends qu’on me propose un poste. Autant dire que cela ne fonctionne pas tellement…
Ne sachant pas me vendre et après 8 mois de galère de recherche d’emploi, je me vois contraint par la force des choses de postuler à des postes bien en dessous de ma qualification. Je postule donc à des postes niveau bac+2 alors que jusqu’à présent je résistais en ne cherchant uniquement des postes de niveau ingénieur.
A la suite de nombreux entretiens je finis par décrocher un poste de technicien environnement dans un bureau de contrôle. Le contrat qu’on me propose est un contrat à durée déterminée…un CDD… Bien évidemment je le prends !
6 mois plus tard je passe en CDI. Nous sommes en 2007.
je signe pour un salaire de 1800€ bruts.
Très honnêtement lorsque je travaillais à l’école et avec tout le respect pour les personnes qui perçoivent ce salaire, je n’imaginais pas toucher 1800€ bruts (soit 1300€ nets environ) après avoir fait un Bac+5.
Je l’accepte tout en voyant les bon côtés que cela apporte. Une nouvelle vie s’offre à moi, je me marie en 2008, mon premier garçon naît en 2010 et tout va bien grâce à Dieu 😊

Au début de ma carrière professionnelle, je n’accordais quasiment aucune importance au compétences humaines. Je pensais sincèrement et naïvement que le monde professionnel était un échange : j’offre mes compétences techniques à l’état brut et en contre partie je touche un salaire. J’avais en horreur tous les protocoles de communication et autres précautions oratoires.
Je me souviens avoir acheté un bouquin (que je possède toujours d’ailleurs) intitulé “les bonnes réponses aux 200 questions de l’entretien d’embauche”… ça illustre un petit peu mon mindset de l’époque 🙂

Je fais donc mon travail et reste au sein de la société qui m’avait embauché à l’époque (DEKRA) pendant 5 années.
Les trois premières années sont passées très vite, après cela et c’est normal en terme d’évolution (cf Maslow) il me vient une envie d’évoluer, de changer de gagner davantage d’argent, de m’accomplir bref de changer d’air dans un premier temps. Pendant la quatrième année je postule ailleurs mais rien n’y fait, je ne parviens pas à décrocher un autre emploi à la hauteur de mon diplôme. A la fin de ma quatrième année en tant que technicien je fini par conclure que mon diplôme ne vaut pas grand-chose et ne me permettra pas de signer pour un poste d’ingénieur. Je décide donc de démissionner pour reprendre mes études avec un Mastère Spécialisé (Bac+6) en Management de la qualité. Nous sommes en 2012, à ce moment mon garçon à 20 mois et ma fille qui est née entre temps à tout juste 6 mois.

Cette année fut magique.

J’étais redevenu étudiant passionné par les livres, l’apprentissage, c’était merveilleux. L’année était divisée en deux semestres, un premier temps théorique puis un deuxième semestre pratique avec un stage en entreprise. Je redeviens donc stagiaire après toutes ces années dans un service avec des personnes qui sont à peine plus âgées que moi.

Je poursuis mes études avec assiduité et obtiens mon diplôme avec les Félicitations du Jury.

Une nouvelle carrière s’offre à moi, de nouvelles portes me sont ouvertes ;
L’entreprise qui m’a accueilli pour mon stage me propose de rester à l’issue de ce dernier. Petit bémol : ils me proposent un CDD… décidément !

Je prends !

Suite au CDD, on me propose encore un nouveau CDD en remplacement d’un autre congé maternité…décidément les congés mat et les CDD ça me suit! Je pèse le pour et le contre et finis par refuser poliment ce 2ème CDD.
Nous voilà en 2014 et n’ayant rien à perdre je décide de me mettre à mon propre compte et créée ma propre entreprise dans le conseil.
Je passe donc de CDD à chef d’entreprise.

Je décroche un contrat de prestation en tant que freelance et j’intègre une grande DSI alors que je n’avais jamais travaillé dans ce secteur auparavant. Les débuts étaient très très difficiles en terme d’investissement personnel, j’avais même failli abandonner dans un moment de fatigue tellement la charge était importante !

Après quelques mois de labeur j’étais devenu hyper à l’aise dans mon travail et recevait des compliments sur la qualité du travail fourni. Mes clients étaient très satisfaits de moi, j’avais acquis une certaine notoriété qui m’amena même à former de nouveaux collaborateurs (rappelez-vous à la base je suis enseignant…). Mes qualités pédagogiques et ma capacité à vulgariser des informations complexes en utilisant le canal de communication de l’autre me facilite énormément.

A ce titre je vous partage mon anecdote avec Alain : je me souviens quand Alain nous avait rejoins dans notre service il venait du département F et moi je travaillais dans le département G de la même entreprise.
Au cours de l’accompagnement personnalisé que j’avais réalisé pour Alain, ce dernier me confie qu’avant de quitter le département G il échangeait avec une certaine Elodie qui lui avait posé la question suivante :

« par qui sera tu accueilli et formé lors de ton intégration au département G ? »
Alain lui répondit : « c’est Ahmed »
Elodie : « si c’est Ahmed, tu peux être tranquille alors tu seras entre de bonnes mains »

A ces mots mon visage resta stoïque. Puis j’ai rapidement esquissé un sourire et poursuivi la discussion sur un autre sujet.
Ce qui expliqua ma réaction intérieure est que je ne connaissais pas Elodie, je ne lui ai jamais adressé la parole et Elodie parlait en bien de moi, plus encore elle vantait mes qualités auprès d’autres personnes !

Comment était-ce possible ??

Après des mois d’introspection, de coaching, d’analyses…tout devint beaucoup plus limpide et j’en suis arrivé à la conclusion suivante :

Ce qui a fait la différence dans ma prestation ce n’était pas mes compétences techniques car mon savoir faire n’était objectivement ni exceptionnel ni nettement supérieur à la moyenne (je travaillai dans une DSI sans jamais avoir fait des études en informatique !) il fallait chercher ce résultat autour du savoir être, de mes compétences humaines. Et effectivement dans ce domaine j’excellai, j’étais largement supérieur à la moyenne. Et c’est cela qui fit la différence dans ma prestation ! Ensuite j’ai mis davantage de conscience dessus, me suis formé pour insister et développer davantage cet aspect chez moi et aujourd’hui je forme des consultants et des professionnels mais aussi des étudiants à se développer en misant sur leur compétences humaines en complément de leur savoir faire.
Aujourd’hui j’ai décidé de partager mes humbles connaissances acquises dans ce domaine. Mes connaissances ne sont pas de simples connaissances théoriques mais elles ont été éprouvées, testées car issues du terrain, de la vraie vie, de mes expériences professionnelles mais également personnelles.

Voilà, vous savez qui je suis, d’où je viens et pourquoi je suis ici à écrire et à partager au plus grand nombre je l’espère, ce qui a pu me manquer dans mon parcours : les compétences humaines.

Mon défi :

pour lancer mon blog et démarrer sur un challenge je me lance dans un défi : celui de partager une anecdote personnelle en lien avec les compétences humaines à un rythme quotidien pendant 50 jours d’affilée.

Il s’agira pour chaque anecdote de vous la présenter et ensuite de l’analyser à travers le prisme du savoir être. Ceci afin d’en tirer des enseignements et des leçons qui je l’espère vous seront utiles dans votre vie professionnelle et pourquoi pas personnelle !
Un article sera donc partagé en trois parties :
-Récit de l’anecdote
-Analyse
-Enseignement

Alors à demain pour la 1ère anecdote !

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ahmed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.