Anecdote : les pensées génèrent les émotions

Last modified date

Comments: 0

pensées et émotions

Paris Gare de Lyon 09h00, des émotions antagonistes

Pour quelle raison, deux situations à peu près similaires ont conduit à ressentir des émotions complètement opposées ? C’est ce que je vais aborder dans cette anecdote :

C’est mon dernier jour de mission chez mon client avant de m’envoler vers d’autres horizons. J’ai prévu pour mon pot de départ d’apporter le petit-déjeuner, je passe donc à la boulangerie ce matin-là et fais le plein de viennoiseries.
viennoiseries

Lorsque j’étais bien installé dans le train qui m’amenait à Gare de Lyon avant d’effectuer mon changement de RER, je laissais vaquer mes pensées et ce sont tous les bons moments et souvenirs qui reviennent à ma mémoire. Je repense donc au chemin parcouru depuis quelques années, comment j’étais, ce que j’ai accompli, qui je suis devenu. C’est alors qu’un immense sentiment de gratitude m’emplit et tout un tas d’émotions positives me traversent au point d’humecter mes yeux et d’avoir des frissons sur la peau. J’observe les autres passagers avec beaucoup d’empathie à leur égard et pour certains de la compassion. Pour les autres passagers c’est un jour comme un autre, mais pour moi ce jour est un jour exceptionnel.
C’est la dernière fois que je fais ce trajet sous cette forme et moi qui suis d’habitude plutôt nostalgique, j’éprouve de la satisfaction avec un sentiment de travail accompli. Ma mission est terminée et je me tourne vers une autre mission, un autre projet, un autre challenge.

Arrivé à Gare de Lyon, je ne me presse aucunement pour descendre du train. J’attends patiemment que tous les passagers descendent et je quitte le train avec beaucoup de calme et de sérénité. Une fois sur le quai, j’aperçois le RER A et décide de ne pas me précipiter. Je le laisse donc partir en attendant le prochain qui arrive dans 2 minutes.
Je suis serein et je souris aux gens, je suis tellement heureux que j’ai presque envie de les inviter à mon pot de départ !

Je décide de capturer ce moment alors je sors mon téléphone portable et me filme en train de partager mes idées et les émotions qui me traversent dans le moment présent. J’explique alors que je suis dans les transports en commun et comme à l’accoutumée les gens sont stressés, se sentent oppressés, parfois agressés et pour ma part voilà que j’éprouve de mon côté des émotions de gratitude et de joie. Je vois le train à quai et ne me précipite pas pour le prendre, bien au contraire je le laisse partir en attendant tranquillement le suivant moins bondé.
J’arrive au travail salue tout le monde et passe cette journée à échanger avec mes ex-collègues et à profiter du moment présent. Je suis fier de moi.

Il y a des matins comme ça…

Cet autre matin je suis pressé, pas le temps de prendre de ptit dej, je sors de chez moi précipitamment un café à la main et aperçoit mon bus qui passe devant mes yeux, je me précipite pour l’attraper et monte tant bien que mal à bord du véhicule.  J’arrive à la gare non encore remis de ma course et termine mon café froid et acide sur le quai. Je monte dans un train bondé, les gens font la gueule et puisque je fais partie des gens je me joins à eux dans cette expression faciale parisienne. Pour oublier et m’extraire de cela j’essaie de fermer les yeux et ne pas assister à ce triste spectacle. Arrivé à Gare de Lyon pour ma correspondance je descends et me précipite pour attraper le RER A de peur de cumuler du retard. Je cours… je cours…

J’arrive au bureau, je salue mes collègues, il ne me que reste dix minutes avant d’entrer en réunion, c’est moi l’animateur. Après une heure trente de travail ma réunion est terminée, je relâche la pression et commence à déstresser… Beaucoup de journées débutent comme cela, c’est vrai. Certains vont jusqu’à dire que lorsque la journée commence mal elle doit nécessairement finir mal. Cette vision est totalement fausse, complètement absurde et fataliste. Nous sommes trop souvent victimes des circonstances extérieures. Alors oui il est difficile d’avoir la banane ou la pêche quand on vient de rater son train et que nous craignons d’arriver en retard. Sur le moment je comprends parfaitement. Je pense même qu’il est important de vivre pleinement les émotions négatives type colère ou tristesse qui nous traversent et de les accueillir pour ensuite les évacuer. En revanche, il ne faut surtout pas rester dans cet état d’émotions négatives en lui donnant le contrôle sur le reste de notre journée ou de notre vie.

Qu’est ce qui diffère entre ces deux matins ?
La plupart des personnes diront que je n’ai pas vécu les mêmes événements, c’est pour cela que dans un cas j’étais en train de passer une bonne journée et dans l’autre cas je passais une mauvaise journée.
C’est plus complexe que cela :
Dans le premier cas, j’étais dans un état d’esprit de gratitude en revisitant mon parcours et par conséquent de zénitude et de calme intérieur. Mes pensées étaient de belles pensées, des pensées positives indépendamment de ce qui m’arrivait durant la journée. Est-ce que les gens qui m’entouraient étaient plus heureux ce jour-là particulièrement ? Non. C’est juste que ce jour là j’avais décidé d’être bien et zen pour une raison particulière (celle de mon dernier jour chez mon client). Cela aurait pu être la même chose pour certains le jour de leur anniversaire : ce jour là les gens sont spontanément heureux. En fait ils ont décidé d’être heureux ce jour-là. Ils auraient pu décider aussi d’être heureux le lendemain et le surlendemain éventuellement !

C’est vous qui décidez en réalité et non les événements extérieurs.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ahmed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.